« Ce qu’il y a de plus réel pour moi, ce sont les illusions que je créer avec ma peinture, le reste n’est que sable mouvant »

 Eugène Delacroix

Everything keep dissolving

Avec quelques autres séries plus expérimentales  Everything keep dissolving  occupe une place à part dans mon travail photographique. C’est l’altération de la matière photographique ( principalement de films inversibles couleurs) au moyen de produits chimiques (javel, éther, alcools à brûler, colle) qui m’a intéressé ici.

Toutes ses images sont engagées dans un processus de disparition, d’effacement, interrompu plus ou moins loin de leur terme. En les arrachant à leur fixité intrinsèque, ces photographies sont entraînées vers de nouvelles métamorphoses, au point de se demander si l’on est face à des photographies ou à de la peinture.

En quittant leur fonction de témoin du réel, ces photographies ont comme libéré leur potentiel imaginaire propre aux rêves et aux états de conscience modifiés. Ce qu’elles nous donnent à voir est une réalité alternative, fantomatique, double, comme cette mariée qui se contemple dans un miroir ou ces personnages réduits à leurs enveloppes spectrales ; un autre état de la matière, comme ces paysages sublimés, disloqués, ou encore ces compositions abstraites où plus aucune trace de ce que la photographie représentait ne subsiste.

Une vidéo, Genèse Organique, rend compte du processus chimique à l’oeuvre, vous pouvez la visionner en cliquant sur la dernière diapositive.

Coil _Everything keep disolving extrait de l’album Time Machines Eskaton Record  (2000)