Photographie

“ Pour un être conscient, exister consiste à changer, changer à mûrir, à se créer indéfiniment soi-même. C’est une création qui se poursuit sans fin en vertu d’un mouvement initial.”  

Henri Bergson, L’évolution créatrice,  éd. Puf

La plupart des séries sont élaborées à partir de photographies sorties de leur contexte initial. Je commence par m’imprégner d’un morceau de musique ou d’un album auquel je vais emprunter le titre pour nommer ma série. Je vais ensuite chercher dans mon stock d’images celles qui m’inspirent ou partir en quête de sujets à photographier. Ainsi peuvent se côtoyer dans une série plusieurs périodes, lieux, intentions, supports (numérique, pellicule, ektachrome),…

Cette articulation rizhomatique « connecte un point quelconque avec un autre point quelconque, et chacun de ces traits ne renvoie pas nécessairement à des traits de même nature, il met en jeu des régimes de signes très différents et même des états de non-signes. »* Ainsi, au delà de mon intention propre, ces ensembles photographiques sont faits pour susciter toutes sortes d’affects et de réflexions : se retrouver dans vos rêves, produire des émotions esthétiques, alimenter des polémiques sociétales, provoquer l’adhésion ou le rejet,… Il s’agit dans ces assemblages sériels de photographies de « produire de l’inconscient, et avec lui, d’autres désirs»*, des rapports différentiels, des affinités électives ou des associations aberrantes.

Photographie

“ Pour un être conscient, exister consiste à changer, changer à mûrir, à se créer indéfiniment soi-même. C’est une création qui se poursuit sans fin en vertu d’un mouvement initial.”  

Henri Bergson, L’évolution créatrice,  éd. Puf

La plupart des séries sont élaborées à partir de photographies sorties de leur contexte initial. Je commence par m’imprégner d’un morceau de musique ou d’un album auquel je vais emprunter le titre pour nommer ma série. Je vais ensuite chercher dans mon stock d’images celles qui m’inspirent ou partir en quête de sujets à photographier. Ainsi peuvent se côtoyer dans une série plusieurs périodes, lieux, intentions, supports (numérique, pellicule, ektachrome),…

Cette articulation rizhomatique « connecte un point quelconque avec un autre point quelconque, et chacun de ces traits ne renvoie pas nécessairement à des traits de même nature, il met en jeu des régimes de signes très différents et même des états de non-signes. »* Ainsi, au delà de mon intention propre, ces ensembles photographiques sont faits pour susciter toutes sortes d’affects et de réflexions : se retrouver dans vos rêves, produire des émotions esthétiques, alimenter des polémiques sociétales, provoquer l’adhésion ou le rejet,… Il s’agit dans ces assemblages sériels de photographies de « produire de l’inconscient, et avec lui, d’autres désirs»*, des rapports différentiels, des affinités électives ou des associations aberrantes.

2019

People are strange

à venir

Everything keep disolving

à venir